Air Liquide avance ses pions sur l’échiquier de l’hydrogène

Avec prudence et en s’appuyant sur des partenaires solides, le géant français des gaz industriels prépare la nouvelle donne énergétique.

Deux groupes industriels, le spécialiste des gaz Air Liquide et l’avionneur Airbus, ainsi que la branche aéroportuaire de Vinci ont annoncé ce matin un partenariat dans l’hydrogène destiné aux transports.

À compter de 2023, une station distribuant de l’hydrogène sous forme gazeuse devrait être déployée à l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry, géré par Vinci. Dans un premier temps, elle alimentera les véhicules terrestres allant des bus aux camions utilisés sur le site. Par la suite et d’ici 2030, le site devrait aussi fournir de l’hydrogène liquide destiné aux avions. Enfin, au-delà de 2030, il est envisagé d’installer aussi une unité de production.

La semaine dernière, Air Liquide a annoncé la reprise, auprès de TotalEnergies, d’un site de production de Normandie associé à un projet de captage de CO2. Et au début de l’été, Air Liquide a signé avec Aéroports de Paris (ADP) un protocole d’accord visant à préparer l’arrivée de l’hydrogène comme carburant d’aviation à horizon 2035.

Enfin, les analystes

Cet article est réservé aux abonnés Figaro Bourse. Il vous reste 69% à découvrir.

Bourse et placements

Le meilleur du conseil boursier : 1€ seulement

annulable à tout moment

Déjà abonné au Figaro Bourse ?
Connectez-vous

Plus de nouvelles

Articles associés