Au Lesotho, les eaux “virent au bleu” à proximité des usines textiles

Boosté par le faible coût de la main-d’œuvre et les accords commerciaux avec les pays occidentaux, l’industrie textile a explosé au Lesotho. Depuis, certaines rivières virent au bleu dans des zones où l’eau se fait rare, rapporte le journal sud-africain The Continent.

Depuis l’entrée en vigueur, en 2000, de l’African Growth Opportunity Act, qui permet aux usines africaines d’avoir accès au marché de la mode américain sans droits de douane, l’industrie textile a explosé au Lesotho. Elle emploie aujourd’hui plus de 30 000 personnes. Mais “le Lesotho paie le prix fort pour cette large industrie textile”, rapporte l’hebdomadaire sud-africain The Continent, alors qu’un rapport publié en juillet 2021 s’inquiète de l’ampleur de la pollution des eaux générée par le secteur en Afrique.

Dans son étude, l’organisation non-gouvernementale Water Witness International passe au crible les pratiques de l’industrie textile dans cinq pays : l’Éthiopie, Madagascar, la Tanzanie, l’Île Maurice et le Lesotho. Tous ont connu une croissance rapide du secteur qui a pris une importance stratégique alors que l’eau y est une ressource disputée. Partout, l’organisation a constaté des entorses aux lois destinées à lutter contre la pollution et s’inquiète de l’impact des rejets d’eau non-traités sur la santé humaine et la nature.

[…]

Source

C’est au cœur d’un monde bouleversé par la pandémie de Covid-19 que The Continent s’est lancé, en avril 2020. Ce média original a pour ambition de réunir “les meilleurs des reportages” faits aux quatre coins du continent africain.

[…]

Lire la suite

Plus de nouvelles

Articles associés