enfin une bonne nouvelle quant à Bombardier Transport, que faire?

Fabriqué par Alstom, un tramway de la nouvelle ligne T9 qui, en Île-de-France, a été mise en service en avril 2021. Elle relie la porte de Choisy, au sud de Paris, au centre d’Orly. Alstom / Toma-Atypix

Pour l’équipementier ferroviaire, le rachat du concurrent canadien relevait jusqu’alors du chemin de croix. Mais malgré les surcoûts initiaux, cette opération contribue au potentiel de hausse du titre.

«Ouf» de soulagement pour les actionnaires d’Alstom: si depuis le début de l’année, le titre perd toujours le quart de sa valeur, il rebondit de 10% ce matin et tient ainsi – une fois n’est pas coutume – la tête du CAC 40.

Les résultats du 1er semestre, qui pour le groupe courrait d’avril à septembre, ont rassuré quant à une acquisition majeure aux débuts difficiles: Bombardier Transport, consolidé depuis le 29 janvier.

L’intégration de Bombardier Transport rassure (enfin)

La remise en ordre des contrats déficitaires ou peu performants repris avec le groupe canadien coûte clairement plus cher qu’espéré en janvier, mais moins qu’annoncé en juillet. Cet été, Alstom annonçait que le cash flow libre, qui sur les exercices 2018/2019 et 2019/2020 avoisinait les 200 millions d’euros, serait négatif d’entre 1,60 et 1,90 milliard d’euros sur le premier semestre 2021/2022. Finalement, ce chiffre est ressorti à «seulement» 1,46 milliard, et il devrait toujours revenir dans le vert au second semestre.

En outre, les synergies attendues de ce rapprochement,

Cet article est réservé aux abonnés Figaro Bourse. Il vous reste 61% à découvrir.

Bourse et placements

Le meilleur du conseil boursier : 1€ seulement

annulable à tout moment

Déjà abonné au Figaro Bourse ?
Connectez-vous

Plus de nouvelles

Articles associés