un peu de vaccin et beaucoup de politique

Emmanuel Macron a annoncé mardi soir de nouvelles mesures pour contenir le rebond de Covid-19 observé ces dernières semaines. Mais la presse internationale a surtout relevé que son allocution, très politique, avait des accents de précampagne électorale.

“Une dose de vaccin et une grosse dose de politique”, résume Le Soir. Le président français a certes annoncé que “les plus de 65 ans devront faire un rappel d’ici le 15 décembre pour continuer à bénéficier du pass sanitaire”, mais c’était “pratiquement la seule décision médicale d’une intervention très politique”, juge le quotidien belge.

Le New York Times estime lui aussi que l’allocution télévisée d’Emmanuel Macron – la neuvième depuis le début de la pandémie – ressemblait beaucoup à un “discours électoral. M. Macron a résumé les accomplissements de sa présidence, et fait la liste de ses objectifs pour un éventuel second mandat”.

Et les grands chantiers ne manquent pas, la pandémie ayant fait “dérailler certaines des réformes les plus ambitieuses du M. Macron, notamment la refonte du complexe système de retraites français, et la maîtrise des dépenses publiques”, observe le quotidien américain.

Le Financial Times n’a pas manqué de relever que le président français s´était “vanté du bilan économique de son gouvernement et des mesures visant à protéger les entreprises et les travailleurs des effets de la pandémie”. Un satisfecit en partie justifié, selon la bible de la City : “L’économie française a retrouvé ses niveaux d’avant-pandémie et le chômage est au plus bas depuis près de quinze ans”.

Si Emmanuel Macron a écarté une réforme des retraites avant l’élection présidentielle – “les conditions ne sont pas réunies”, a-t-il reconnu lundi soir – il a annoncé une réforme des allocations-chômage dès décembre, avec des accents de “candidat presque déclaré à la prochaine présidentielle”, analyse Le Temps, citation du président à l’appui : “Le travail est notre boussole, le fil rouge de notre action”.

“Difficile, à l’écoute de cet éloge du travail, prononcé pour justifier la prochaine réforme de l’assurance chômage et l’évocation de la toujours nécessaire – mais différée – réforme des régimes de retraite, de ne pas voir une quasi-annonce de candidature”, souligne le quotidien suisse.

Indicateurs inquiétants

El País a choisi quant à lui de titrer sur une autre annonce forte du président français : la reprise de la construction de centrales nucléaires, qui met un point final au “débat sur le futur de l’énergie nucléaire en France”. Le titre madrilène observe que c’est “clairement une nouvelle voie pour la France”, après la promesse du locataire de l’Élysée, en début de mandat, de “fermer 14 centrales et de réduire la part de l’électricité d’origine nucléaire”.

Mais l’énergie nucléaire et “la possession de la bombe atomique sont indissociables de l’identité nationale française et du poids géopolitique du pays depuis l’après-guerre”, estime le quotidien.

La teneur hautement politique de l’intervention d’Emmanuel n’a pas complètement éclipsé la pandémie. Plusieurs mesures ont été annoncées, dont l’obligation pour les seniors de recevoir une troisième dose de vaccin, sous peine de perdre leur pass sanitaire. “Cela durcit encore l’un des régimes [de vaccination] les plus stricts en Europe”, remarque The Guardian.

Mais la fermeté du président est justifiée par des indicateurs “inquiétants” sur le rebond du Covid en France, note Il Corriere della Sera : “Plus de 7 000 cas par jour en moyenne contre 4 000 il y a un mois, un taux de positivité (2,75 %) triplé en un mois et un taux d’incidence ­ – 72 cas pour 100 000 habitants – bien au-dessus du seuil d’alarme fixé à 50”.

À ce jour, 51 millions de Français ont reçu deux doses de vaccin et six millions de personnes ne sont toujours pas vaccinées.

Plus de nouvelles

Articles associés