Dopé par la pandémie, le fentanyl dévaste les États-Unis

Cet opioïde extrêmement puissant est au centre d’une crise sanitaire inédite, qui n’a cessé de s’étendre et de s’aggraver depuis l’irruption du Covid-19.

En août 2020, Luca Manuel, 13 ans, devait rentrer en quatrième à Redding, dans le nord de la Californie. Il avait hâte de retrouver ses amis, et sa mère lui avait acheté un stock de masques et des fournitures pour son premier jour d’école dans les locaux depuis six mois.

Mais, une semaine plus tôt, il était allé chez le dentiste pour une dévitalisation et il avait encore mal. Voulant apaiser sa douleur, il a cherché un contact sur Snapchat pour trouver du cannabis. Le dealer lui a proposé autre chose : un antalgique appelé Percocet.

Luca l’ignorait, mais le comprimé, qui avait tout l’air d’un vrai, était en réalité une contrefaçon mélangée à du fentanyl, une substance 30 fois plus puissante que l’héroïne. Il est mort cet après-midi-là, la veille de sa rentrée scolaire.

Plus de 100 000 personnes aux États-Unis sont mortes d’une surdose entre avril 2020 et avril 2021, selon les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC). C’est la plus forte augmentation jamais enregistrée dans ce pays et la tendance reste à la hausse d’un mois sur l’autre, selon des chercheurs spécialistes des stupéfiants.

Plus de substances importées

Le fentanyl est à l’origine de la plupart de ces morts, puisque cette substance intervient dans au moins 60 % des surdoses mortelles. C’est une augmentation de 50 % en un an, alerte Nora Volkow, directrice de l’Institut américain sur les toxicodépendances (Nida).

“C’est catastrophique, poursuit-elle. C’est une épidémie dans la pandémie.” Les morts dues au fentanyl étaient déjà en hausse dans tout le pays, mais la crise du Covid-19 a démultiplié leur nombre et leur violence.

Selon Nora Volkow, le fait que les populations se tournent vers la drogue ou l’alcool en période de crise n’est pas nouveau. “Ce à quoi on ne s’attendait pas, c’est le pic d’importation de ces substances

[…]

Melody Schreiber

Lire l’article original

Source

L’indépendance et la qualité caractérisent ce titre né en 1821, qui compte dans ses rangs certains des chroniqueurs les plus respectés du pays. The Guardian est le journal de référence de l’intelligentsia, des enseignants et des

[…]

Lire la suite

Plus de nouvelles

Articles associés