le groupe avance à grands pas dans son plan de simplification et de compétitivité

Le président-directeur général Europe North de Michelin, Anish Taneja, arrive sur le tapis rouge pour les prix automobiles «Das Goldene Lenkrad». MICHELE TANTUSSI, Reuters

Le volet 2 de ce plan prévoit 614 suppressions de postes dans l’Hexagone en 2022, après les 530 suppressions de postes en 2021.

Le fabriquant de pneumatiques Michelin prévoit la suppression de 614 postes en France en 2022, deuxième année de son «plan de simplification et de compétitivité», a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Les suppressions prévues concernent principalement les sites du siège social à Clermont-Ferrand – avec 469 postes, dont 419 dans le secteur tertiaire et 50 dans l’industrie – selon une note transmise aux syndicats. Les sites de Troyes, Le Puy, Montceau, Cholet, Vannes et Bourges sont également concernés, dans une moindre mesure.

Parmi ces suppressions de postes, Michelin table sur 339 départs en retraite et 193 «places ouvertes» à la mobilité externe. La création de 322 postes est parallèlement prévue en 2022.

Trois vagues de départs

Le groupe, qui compte 17 000 salariés en France et 123 000 dans le monde, avait annoncé en janvier trois vagues de départs à venir dans le cadre d’un «plan de simplification et de compétitivité», en avançant le chiffre de 2 300 suppressions de postes d’ici 2023. Fin mars, il avait

Cet article est réservé aux abonnés Figaro Bourse. Il vous reste 31% à découvrir.

Bourse et placements

Le meilleur du conseil boursier : 1€ seulement

annulable à tout moment

Déjà abonné au Figaro Bourse ?
Connectez-vous

Plus de nouvelles

Articles associés