le groupe doit encore rassurer quant à Bombardier Transport

Non loin de l’acropole d’Athènes, en arrière-plan, un des tramways Citadis X05 qui, fabriqué par Alstom, est entré en service dans la capitale grecque mi-décembre 2021. Alstom / Chris Giatrakos

Alors que le CAC 40 enchaîne les records en cette fin d’année 2021, l’action de l’équipementier ferroviaire reste à la traîne. En cause: encore Bombardier Transport. Mais en attendant, les contrats se multiplient

Voilà dix mois, jour pour jour, qu’Alstom a finalisé la plus importante acquisition de son histoire, celle de Bombardier Transport. Mais si le CAC 40 s’est adjugé 33% depuis lors, l’action Alstom, deuxième plus forte baisse de l’indice parisien cette année, s’est effondrée de 30%.

C’est peu dire que l’intégration commence mal, marquée qu’elle est par les conséquences de contrats «non performants» du concurrent canadien. Ce qui a même fait redouter à certains qu’Alstom ne doive lancer une augmentation de capital.

Le flux de nouvelles s’améliore

Et pourtant, les dernières nouvelles sont plus favorables. Publiés début novembre, les résultats semestriels ont rassuré quant à la consommation de cash. Le mois dernier, le PDG d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge, s’est voulu positif dans les colonnes des Échos.

Au tournant de novembre et de décembre, le groupe a trouvé des preneurs pour les actifs dont la Commission européenne lui a imposé la cession dans le cadre de sa fusion avec Bombardier Transport. Ainsi, l’espagnol CAF devrait…

Cet article est réservé aux abonnés Figaro Bourse. Il vous reste 70% à découvrir.

Bourse et placements

Le meilleur du conseil boursier : 1€ seulement

annulable à tout moment

Déjà abonné au Figaro Bourse ?
Connectez-vous

Plus de nouvelles

Articles associés