le stress lié au Covid-19 marque le corps des femmes

Des études scientifiques mettent en évidence les conséquences physiques du stress engendré par l’épidémie. Celui-ci semble davantage toucher les femmes qui constatent, pour certaines, des troubles menstruels et enregistrent une augmentation de leur pression sanguine.
 

“L’impact du Covid-19 sur la santé va bien au-delà des conséquences immédiates de la contamination par le virus, voire de ses symptômes durables”, avertit Quartz. Avec le début de la pandémie, l’incertitude, l’enfermement et la dégradation des conditions de travail ont créé un climat général de stress dont les conséquences s’observent directement sur les corps, et en particulier sur celui des femmes.

Le média américain s’intéresse à deux récentes études consacrées à l’impact du stress sur la santé. Dans la première, publiée dans le journal de l’American Heart Association le 13 décembre, l’analyse des données récoltées auprès de quelque 500 000 Américains a permis aux scientifiques de mettre en évidence une augmentation de la pression sanguine chez 30 % des individus. Le phénomène est plus prononcé chez les femmes, exposant ces dernières à un risque accru de crises cardiaques ou de maladies du cœur. À l’impact direct du stress dû à l’épidémie s’ajoutent les effets indirects de l’augmentation de la consommation d’alcool ou d’une mauvaise alimentation.

Le cycle menstruel bouleversé

Les conséquences du stress épidémique ne s’arrêtent pas à la pression sanguine. Une autre étude, parue dans le journal Fertility and Sterility, s’est intéressée aux données fournies par plus de 12 000 femmes sur leurs règles et leur niveau de stress, de mars 2020 à avril 2021. Parmi les participantes, 36 % ont noté des changements dans leur cycle menstruel : règles anticipées ou retardées, symptômes plus prononcés ou encore saignements plus abondants. “Ces changements peuvent peser sur le bien-être des femmes, en particulier pour celles qui tentent d’avoir un enfant.” Les auteurs notent surtout que les femmes faisant état d’un plus haut niveau de stress étaient les plus susceptibles de constater un bouleversement de leur cycle.

Quartz remarque que ces conclusions entrent en résonance avec des études antérieures. En 2007 par exemple, des chercheurs avaient documenté l’impact de la guerre de 2006 au Liban sur le cycle menstruel des femmes des villages les plus exposés au conflit.

Source

Ce site d’information économique a été lancé en 2012 par le groupe de l’hebdomadaire The Atlantic. Destiné aux décideurs du monde des affaires, il a été conçu avant tout pour être consulté sur une tablette ou un smartphone. En 2014, il a

[…]

Lire la suite

Plus de nouvelles

Articles associés