un sapin innocent visé par une amende

Un centre de vaccination de Bucarest a eu l’idée de fabriquer un arbre de Noël avec les fioles vides des sérums anti-Covid-19. Mais, accusé de ne pas avoir respecté les règles en vigueur pour les déchets médicaux, il a écopé d’une amende. Beaucoup, en Roumanie, crient au scandale.

Au Palais des enfants de Bucarest, le personnel sanitaire vaccine à tour de bras depuis le mois de mars 2021. Dans l’espoir d’inciter de façon ludique la population roumaine à se faire vacciner, le personnel de ce centre de vaccination situé au cœur de la capitale a érigé un sapin inédit : il est en effet composé de 19 000 doses de vaccin Pfizer, Moderna et Johnson déjà utilisées, signale le quotidien Adevarul.

Un geste symbolique dans un pays où la campagne de vaccination n’avance pas comme prévu, bien au contraire, et où les autorités ne savent plus quoi faire pour convaincre la population de la nécessité d’être vacciné contre le Covid. Un geste “pour la vie, pour la santé, qui a nécessité plusieurs centaines d’heures de travail”, comme on peut le lire sur la page Facebook de Ro Vaccinare, le site officiel de la campagne de vaccination. Une autre manière de célébrer l’esprit de Noël, précisaient même les artistes en herbe.

Une amende qui fait scandale

Sauf que passé le premier moment de joie, de fierté et même d’orgueil – il s’agit du premier sapin anti-Covid –, la douche froide n’a pas tardé, à la suite “de plaintes anonymes, adressées à la Garde nationale de l’environnement”, comme le dévoile le webzine Hotnews. “Les commissaires de cet organisme de contrôle ont infligé une amende de 90 000 lei [18 000 euros]” au responsable du centre de vaccination, ordonné la destruction du sapin et même la possible fermeture du centre, qui “n’a pas respecté les conditions de stockage des déchets médicaux”.

La mesure en scandalise plus d’un en Roumanie, à commencer par le coordonnateur de la campagne nationale de vaccination, le docteur Valeriu Gheorghita, qui considère que “le risque de contamination lié aux doses vides était de zéro”. Raed Arafat, le chef du département des Situations d’urgence, explique quant à lui :

Cette mesure est néfaste et exagérée, et le scandale a été justement déclenché par les personnes qui alimentent quotidiennement la campagne antivaccination.”

Après un démarrage remarquable au printemps dernier, la Roumanie, qui comptait parmi les bons élèves de l’UE en matière de pourcentage de personnes vaccinées, se retrouve aujourd’hui, selon le site Touteleurope, à la queue du classement européen (avec seulement 35 % de vaccinés dans la population), ne devançant que la Bulgarie (environ 25 % de vaccinés).

Plus de nouvelles

Articles associés