[DORVAL AM] Ne pas investir responsable, c’est prendre un risque pour son patrimoine

Par Le Figaro

Publié
il y a 4 heures, Mis à jour il y a 4 heures

Refuser d’investir responsable revient à prendre le risque d’investir dans une entreprise qui perdrait de la valeur à terme. krisanapong detraphiphat/Getty Images

Certains épargnants ont des réticences vis-à-vis des investissements responsables qu’ils jugent chers et peu efficaces. Ils devraient pourtant s’y intéresser. Analyse de François-Xavier Chauchat, membre du Comité d’investissement de Dorval AM, économiste et stratégiste.

Le titre de cet article pourrait sembler paradoxal à certains. Pourtant, se désintéresser des investissements socialement responsables, les ISR, revient à ignorer les opportunités de croissance de l’économie verte et à ne pas participer à la revalorisation des entreprises les plus vertueuses. Investir dans toutes les entreprises, sans distinction de leur performance extra-financière, c’est prendre le risque de la controverse – pollution, exploitation des salariés – et même d’un futur obstacle réglementaire. En effet, les États pourraient imposer des pénalités aux entreprises qui refuseraient de prendre en compte l’impact négatif de leur activité sur l’environnement et la société, voire les fermer tout simplement. Ainsi, le risque encouru par l’investisseur est d’investir dans une entreprise qui perdrait de la valeur à terme.

Les investissements ISR, moins profitables et trop chers?

Or, certains épargnants questionnent, voire rejettent, les ISR pour la raison qu’ils auraient un impact potentiellement négatif sur la performance de leur épargne (*1). En effet, ils pensent les entreprises les plus concernées par les critères ESG vont devoir arbitrer entre rentabilité et vertu ; et d’autre part, que l’engouement actuel pour les placements ISR (*2) puisse conduire à une bulle des valorisations.

La stratégie RSE au cœur de la stratégie managériale des entreprises

La crainte des investisseurs de voir la performance de leur portefeuille se dégrader s’ils se tournent vers les placements responsables est infondée. En effet, depuis les années 1950 et l’intégration de la responsabilité sociétale des entreprises comme orientation stratégique, on sait qu’il y a une convergence entre la profitabilité de l’entreprise dans la durée et la prise en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) par ses dirigeants. Autrement dit, il existe le plus souvent une convergence entre le financier et l’extra-financier. Plus l’entreprise est consciente des enjeux qu’elle affronte et qu’elle devra considérer via la pression du régulateur, de la législation et des épargnants, plus elle saura relever ces défis, et assurer sa pérennité et sa rentabilité dans la durée.

Il faut faire baisser le rendement des placements ISR

Un point crucial à comprendre en ce qui concerne l’efficacité de l’ISR est la valorisation actuelle de ces actifs responsables. Les investisseurs craignent en effet que ces actifs subissent une bulle – et donc d’acheter des titres à des cours trop élevés au regard des perspectives de dividendes. La réponse à cela – et c’est un oxymore – est que la réussite de la finance durable passera probablement par une bulle nécessaire et soutenable. C’est une question à la fois de flux d’investissement et de prix. En effet, le but de la finance durable est de flécher plus de financements vers les entreprises vertueuses, au détriment de celles qui le sont moins. Et de faire que les actifs ESG deviennent beaucoup plus chers que les actifs non ESG, et qu’ils le restent. Actuellement, l’écart entre les actions durables et celles qui le sont moins est plutôt faible. Selon les indices MSCI, les leaders de l’ESG ont un ratio cours/bénéfices qui est seulement 7% supérieur à celui du marché (*3).

Investir responsable, le futur des placements financiers

Précisons que seuls 3 % de l’épargne mondiale sont aujourd’hui investis en fonds ISR4. Il reste donc beaucoup de chemin à parcourir. Le but de la finance durable est de produire une baisse pérenne du coût du capital des activités et des entreprises les plus vertueuses par rapport à celui des sociétés moins vertueuses. Cette baisse du coût du capital équivaut à une hausse structurelle du ratio cours/bénéfices. Les investisseurs individuels ont l’opportunité de participer à la hausse attendue de ce ratio, et inversement, d’éviter la baisse des valorisations des sociétés les moins bien préparées aux défis de l’ESG. Le régulateur, le législateur, la finance durable veulent un boom de la valorisation des actifs responsables, une bulle soutenable. Sans quoi, la finance durable aura échoué.

Chez Dorval AM, nous sommes dès lors convaincus que les entreprises responsables ne sont qu’au début du processus de «re-rating». Autrement dit, la revalorisation relative des sociétés qui ont compris les enjeux ESG – et qui sont prêtes à y répondre grâce à une meilleure gouvernance – devrait pouvoir se poursuivre. Ainsi, il y a aujourd’hui convergence entre les intérêts des épargnants, des entreprises et, espérons-le, du développement durable.

(*1) 70% des Français interrogés en juillet dernier par Opinion Way pensent que la performance d’un placement responsable est inférieure à celle d’un placement traditionnel. (Source: Baromètre de l’épargne responsable, publié le 5 juillet 2021)

(*2) L’encours des fonds durables a augmenté de 65% au premier semestre 2021, pour atteindre une collecte de 119 milliards d’euros, selon une étude Quantalys.

(*3) Source Bloomberg pour les calculs de ratio cours/bénéfices au 31 décembre 2021

(*4) Source FMI (rapport de stabilité financière d’octobre 2021)

Les exemples cités reposent sur la base d’analyses propres à Dorval AM en date du 05/01/2022. Ils ne constituent pas un engagement ou une garantie. Cette dernière se réserve la possibilité de faire évoluer ses analyses.

DORVAL ASSET MANAGEMENT:

Société Anonyme au capital de 303 025 euros – RCS Paris B 391392768 – APE 6630 Z – Agrément AMF n° GP 93-08 – Siège social: 1 rue de Gramont – 75002 Paris – Tél +33 1 44 69 90 44 – www.dorval-am.com

Plus de nouvelles

Articles associés