L’Allemagne est-elle en train de devenir une nation de “contrôleurs Covid” ?

Un journaliste allemand déplore que les contrôles sanitaires dans les commerces aient fait ressortir le caractère rigide et autoritaire de ses compatriotes. Il n’y aurait qu’un pas pour devenir une nation de petits chefs.

Harald Martenstein n’a rien contre le pass vaccinal en vigueur en Allemagne, les contrôles et encore moins les vaccins. Mais le journaliste allemand a expliqué à Die Zeit que les vérifications incessantes effectuées par ses compatriotes font ressortir ce qu’il y a de plus désagréable chez eux. Il a constaté que les “contrôleurs Covid” se sont multipliés, et que “la plupart de ces personnes ne sont pas habituées à être des contrôleurs”.

Jusqu’à présent, beaucoup d’entre eux accueillaient les clients, les invités, les visiteurs, dont les magasins dépendaient financièrement et avec qui ils devaient être prudents. Même quand les clients se plaignaient de façon tout à fait abusive, vous ne pouviez pas vous mettre en colère et devenir agressif. Maintenant, les clients sont avant tout des gens qui doivent être contrôlés, possiblement refoulés et contraints s’ils ne respectent pas la réglementation. Le rapport de force à la porte s’est inversé. Certains s’en régalent. À la porte des restaurants, ils réclament : ‘Attestation de vaccination !’ Rien que ça, pas un mot plus. Ensuite, ils étudient les preuves de manière provocante pendant un long moment, hochent la tête sans regarder le suppliant en face, font un geste de la main qui devrait signifier ‘après moi’ et se dirigent vers la table.”

Harald Martenstein déplore que les conditions sanitaires aient transformé son pays en nation de petits chefs qui se régalent de leur nouvelle autorité et accordent leur bienveillance avec autant de plaisir qu’ils éprouvent à refouler. Un molosse type videur de boîte qui s’est occupé de lui dans un restaurant de Berlin, par exemple, “savait que les actes de grâce appartiennent à la jouissance raffinée du pouvoir”. Heureusement, ce n’est pas le cas de tout le monde, et certains “contrôleurs Covid” n’y prennent aucun plaisir et sont même un peu laxistes dans l’application des contrôles.

Pour le journaliste allemand, ces dérives sont propres à l’Allemagne et disent quelque chose du caractère profond de ses concitoyens. Il se sent plus à l’aise en Italie, en Autriche, en Espagne ou en Suisse, où des vérifications similaires sont imposées mais avec le sourire ou, du moins, avec politesse. “Maintenant l’Allemagne montre à nouveau son autre visage, le pincé. Le fait que nous nous contrôlions désormais massivement les uns les autres au nom de l’État ne nous profite pas. Peut-être une partie de la convivialité, de l’attitude de service et de la politesse est définitivement perdue. On peut certainement survivre sans tout cela. C’est une mauvaise surprise, cependant, qu’une nouvelle ère de renoncement inaugure, entre autres choses, le renoncement à être gentil”, constate Harald Martenstein.

Source

C’est la publication allemande de référence, une autorité outre-Rhin. Ce (très) grand journal d’information et d’analyse politique, pointu et exigeant, se distingue aussi par sa maquette et son iconographie très recherchées. Tolérant et libéral, il

[…]

Lire la suite

Plus de nouvelles

Articles associés