Le Zimbabwe appelle à l’aide face au départ massif de ses infirmières vers le Royaume-Uni

Attirés par de meilleures conditions de travail et de bons salaires, des membres du personnel de santé zimbabwéen quittent leur pays pour le Royaume-Uni. Pour pallier cette fuite des cerveaux, Harare a demandé des compensations financières à l’ONU.

Le Zimbabwe a demandé de l’aide aux Nations unies dans l’espoir d’obtenir des compensations financières après le départ en masse de ses infirmières pour le Royaume-Uni, qui recrute activement à l’étranger sur fond de pandémie, rapporte le site sud-africain News24.

Confronté à une fuite des cerveaux dans le domaine de la santé, le pays aimerait voir rembourser le coût de la formation de ces professionnels, a expliqué le vice-président Constantino Chiwenga au cours d’une conférence à Victoria Falls, fin décembre. “Former un médecin coûte 70 000 dollars [environ 62 000 euros] au Zimbabwe. Multipliez ça par le nombre d’années d’études d’un docteur”, justifie le vice-président.

Un salaire qui passe de 140 euros à 3 000 euros

Si de nombreuses infirmières zimbabwéennes travaillent déjà dans les pays voisins, la politique du Royaume-Uni a provoqué une “ruée”, écrit News24. Une “aubaine”, poursuit le média, pour les infirmières qui gagnent en moyenne 140 à 170 euros par mois au Zimbabwe contre 25 000 livres (environ 3 000 euros) au Royaume-Uni.

“C’est une énorme étape pour moi”, confie une infirmière interrogée par News24 qui s’apprête à partir au Royaume-Uni après quatre ans de contrat en Namibie. “La Namibie me convenait pour sa stabilité, mais pour gagner de l’argent, il faut aller au Royaume-Uni”, explique Selina Moyo.

“Les infirmières disent qu’elles préfèrent risquer leur vie pour gagner plus d’argent plutôt que de continuer à travailler chez elles sans équipements de protection”, poursuit News24. Face aux besoins grandissants des services de santé à travers le monde, le média sud-africain craint qu’à terme “seuls les pays stables financièrement ne soient capables de retenir les infirmières, laissant l’Afrique, d’où viennent de nombreux professionnels, désavantagée”.

Source

News24 existe depuis 1998. C’est l’un des sites d’informations généralistes sud-africains le plus consulté en Afrique du Sud.

[…]

Lire la suite

Plus de nouvelles

Articles associés