Les restrictions anti-Covid touchent à leur fin au Danemark, mais est-ce trop tôt ?

À partir du mardi 1er février, les Danois pourront à nouveau vivre normalement ou presque. La quasi-totalité des restrictions imposées pour freiner le Covid-19 seront levées, malgré le très haut niveau de contaminations. À l’image des experts en santé, la presse est mitigée quant au timing de cette mesure.

“L’un des premiers pays au monde à supprimer la quasi-totalité des restrictions”, constate le quotidien Jyllands-Posten, non sans un brin de fierté. À partir du mardi 1er février au matin, les Danois ne seront plus obligés de porter un masque au supermarché ou dans le bus. À l’entrée d’un bar ou d’un restaurant, ils n’auront plus à présenter leur passeport vaccinal, sauf si les gérants de ces lieux l’exigent. “Nous pourrons de nouveau aller danser et boire des verres en discothèque, et de nombreuses familles avec enfants seront certainement heureuses de voir rouvrir les piscines et terrains de jeu fermés depuis décembre”, s’enthousiasme Politiken.

La bonne nouvelle, approuvée au préalable par la Commission épidémies épaulant le gouvernement, a été confirmée le mercredi 26 janvier. Pour sa vingt-sixième conférence de presse depuis le début de la pandémie, la Première ministre, la sociale-démocrate Mette Frederiksen, arborait un large sourire aux lèvres. “Il est temps de baisser la garde, a-t-elle lancé. Cela marque le début d’une nouvelle phase pour nous tous, car le Danemark va de nouveau s’ouvrir complètement.” Seul bémol : le masque et le passeport vaccinal resteront la norme pour les visites dans les hôpitaux et les maisons de retraite ; les voyageurs en provenance de certaines destinations devront se faire tester en arrivant dans le pays, voire subir une quarantaine.

“Des problèmes subsistent”

“La raison essentielle [de cet assouplissement] est le découplage introduit par les vaccins et le variant Omicron, plus doux que les précédents. Cela signifie que le lien entre l’augmentation des infections et le nombre d’admissions à l’hôpital a été rompu. Bien que le nombre de personnes infectées par Omicron ait grimpé en flèche, à 40 000-50 000 par jour, le nombre d’hospitalisations est resté stable depuis début janvier, et le nombre de patients en soins intensifs a diminué de plus de moitié, de 82 à 40”, explique Jyllands-Posten. Le découplage en

[…]

Antoine Jacob

Plus de nouvelles

Articles associés