Un nombre inquiétant de décès dus à la résistance aux antibiotiques

Selon une nouvelle étude dont les résultats viennent d’être publiés dans le Lancet, la résistance aux antibiotiques a causé 1,27 million de décès dans le monde en 2019, soit plus que le sida ou le paludisme. Un danger qui concerne en premier lieu les enfants.

L’étude publiée le 19 janvier dans The Lancet confirme que la résistance aux antibiotiques est devenue une cause majeure de décès dans le monde, relate The Guardian : elle a été directement responsable de 1,27 million de décès en 2019, et elle tue environ 3 500 personnes chaque jour. Par comparaison, la même année, le sida a causé 860 000 décès et le paludisme 640 000.

Impact mondial

Il s’agit de la première analyse complète de l’impact mondial de la résistance aux antimicrobiens publiée à ce jour. Elle porte sur 204 pays et territoires et montre que le phénomène représente “une menace mondiale pour la santé”, surtout dans les pays à revenu faible et intermédiaire sans que les pays riches soient épargnés.

“Les régions du monde les plus affectées sont l’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud, avec respectivement 24 décès pour 100 000 habitants et 22 décès pour 100 000 habitants”, note le quotidien britannique.

Si les personnes de tous âges sont concernées, les jeunes enfants sont particulièrement exposés : “Un décès sur cinq attribuable à la résistance aux antibiotiques survient chez des enfants de moins de cinq ans.”

Combattre la menace

Devant les risques liés à ce phénomène, Chris Murray, coauteur du rapport et économiste de la santé à l’Institute for Health Metrics and Evaluation de l’université de Washington (États-Unis), observe :

Ces nouvelles données révèlent l’ampleur réelle de la résistance aux antimicrobiens dans le monde et indiquent clairement que nous devons agir maintenant pour combattre cette menace.”

Le rapport propose donc une série de mesures immédiates qui permettraient de sauver des vies et de protéger les systèmes de santé. Il recommande notamment “d’optimiser l’utilisation des antibiotiques existants, de prendre des mesures plus importantes pour surveiller et contrôler les infections et de fournir davantage de fonds pour développer de nouveaux antibiotiques et traitements”.

Source

L’indépendance et la qualité caractérisent ce titre né en 1821, qui compte dans ses rangs certains des chroniqueurs les plus respectés du pays. The Guardian est le journal de référence de l’intelligentsia, des enseignants et des

[…]

Lire la suite

Plus de nouvelles

Articles associés