Le venin de mygale pourrait être à la base d’un nouvel antidouleur

Selon un groupe de scientifiques australiens, la compréhension des dégénérescences du système nerveux provoquées par la morsure de la mygale babouin pourrait conduire à la découverte de nouveaux traitements antidouleurs.

“Évitez d’agacer le Pelinobius muticus, une mygale qu’on rencontre en Tanzanie et au Kenya, met en garde le site américain Vox. Sa morsure peut entraîner pendant plusieurs jours d’affreuses douleurs, des gonflements et des spasmes musculaires.” Mais, paradoxalement, une étude menée par des chercheurs australiens laisse à penser que le venin de l’araignée pourrait être l’ingrédient principal d’antidouleurs révolutionnaires.

En effet, les douleurs chroniques “posent une colle” aux scientifiques qui leur cherchent un remède depuis des années. Selon les auteurs de l’étude, les venins sont une piste à étudier et, ce, d’autant plus qu’ils sont déjà utilisés dans divers médicaments.

Pour comprendre l’action de la substance toxique sécrétée par le monstre à huit pattes, il est nécessaire de décrire le fonctionnement du circuit de la douleur. Vox compare l’intensification puis l’apaisement de la douleur au passage, dans un récepteur sensoriel, d’une “porte d’entrée” à une “porte de sortie”,

[…]

Source

Ce site a été lancé en 2014 par Melissa Bell, Matthew Yglesias et Ezra Klein, à l’époque jeune journaliste vedette du Washington Post. Son but est simple : “expliquer” l’actualité à des lecteurs souvent perdus, “dans un monde

[…]

Lire la suite

Plus de nouvelles

Articles associés