‘‘ Les vendeurs à découvert ont-ils joué un rôle clé dans la chute d’Orpea et de Korian?‚‚

Vie des entreprises, fonctionnement du marché, droit boursier, … La rédaction du Figaro Bourse et placements se saisit de vos questions et vous apporte son expertise.

En matière de vente à découvert (VAD), les statistiques d’IHS Markit Securities Finance, qui reposent sur le marché des prêts-emprunts de titres, comptent parmi les plus exhaustives. La rédaction Bourse et placements a donc contacté IHS, et le résultat est plutôt surprenant!

Des vendeurs à découvert pris à contrepied?

Depuis la publication du livre Les fossoyeurs, la proportion du capital d’Orpea qui est shortée est montée d’environ 4 % à un peu moins de 5 %. Ce n’est pas négligeable, mais l’augmentation des positions courtes a été heurtée (sur des rachats de position en urgence?), et elle n’est pas énorme non plus. En effet, ce taux était passé, entre le 9 juin et le 9 juillet derniers, de 1,50 à 5,22 %, qui reste le record à battre, avant de redescendre à 1,50 % en septembre, alors même que l’action variait peu. Difficile de penser que les «VADeurs» ont fait un malheur, peut-être car il s’agit surtout de hedge funds anglo-saxons, et que l’affaire Orpea est «franco-française».

Korian nettement moins «shorté» qu’Orpea

Et Korian? En un mois, le capital «shorté» est passé de 0,66 à 1,45 %: la pression est plus modérée. En mai 2021, ce taux avait dépassé 2 %, ce qui n’est pas arrivé, à ce stade, en 2022.

Plus de nouvelles

Articles associés