Pandémie. Le coronavirus se serait bien répandu à partir du marché de Wuhan

Trois études scientifiques prépubliées le 26 février indiquent que le Sars-CoV-2 se serait bien répandu initialement sur le marché de Wuhan où il serait passé de l’animal à l’être humain, avant de se répandre et de provoquer la pandémie de Covid-19 que nous vivons aujourd’hui.

“Le coronavirus serait parti d’un marché de Wuhan et non d’un laboratoire chinois”, titrait le Guardian ce samedi 26 février, s’appuyant sur deux études scientifiques prépubliées sur la plateforme Zenodo, et donc pas encore passées par un comité de lecture.

Le quotidien britannique va sans doute un peu vite en besogne. La revue scientifique de référence Nature, qui a attendu aujourd’hui, dimanche 27 février, pour commenter ces travaux et qui s’appuie en plus sur une troisième étude, avance quant à elle de façon beaucoup plus prudente : le marché a, semble-t-il, bien été “l’épicentre du début de la pandémie”, mais pas forcément son point de départ.

De fait, selon l’une des études, il y aurait apparemment eu au moins deux contaminations d’êtres humains par les animaux du marché de gros entre novembre et décembre 2019, juste avant que le virus ne se répande chez l’homme et ne déclenche la pandémie de Covid-19 que nous vivons actuellement. De quoi les scientifiques qui ont publié les études le déduisent-ils ? Ils se sont basés sur les analyses génétiques d’échantillons de coronavirus prélevés sur le marché et sur des personnes infectées en décembre 2019 et janvier 2020, ainsi que sur des analyses de géolocalisation reliant ces échantillons à une section du marché où des animaux vivants ont été vendus.

Ces différents éléments de preuve concordent pour indiquer que le marché de gros de Huanan est la source de l’épidémie – un peu comme les marchés d’animaux étaient le point zéro de l’épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2002-2004 – déclare Kristian Andersen, virologue au Scripps Research Institute à La Jolla, Californie, et auteur de deux des rapports. “C’est une preuve extrêmement solide”, affirme-t-il.

Rien n’exclut une hypothèse alternative

Cela semble en effet indiquer que le marché a été le point de départ de la diffusion humaine du virus, mais cela n’exclut pas une hypothèse alternative, selon certains virologues : le marché aurait pu être le lieu d’un événement d’amplification massif, à partir duquel le virus s’est propagé à de nombreuses autres personnes, mais ce n’est pas forcément la véritable origine du Sars-CoV-2 chez l’homme.

“Sur le plan de l’analyse, c’est un excellent travail, mais il reste ouvert à l’interprétation”, déclare ainsi à Nature Vincent Munster, virologue aux Rocky Mountain Laboratories, une division des National Institutes of Health, à Hamilton, Montana. Certes, le nombre d’échantillons positifs du marché suggère une source animale, dit-il. Mais il s’avoue frustré que des enquêtes plus approfondies n’aient pas encore été menées : “Nous parlons d’une pandémie qui a bouleversé la vie de tant de personnes…”

Selon l’Université Johns Hopkins à Baltimore, après plus de deux ans de pandémie, le nombre de morts dans le monde s’élève à plus de 5,9 millions, le nombre de cas à 433,7 millions, rappelle The Guardian.

Plus de nouvelles

Articles associés