À Hong Kong, la crise sanitaire creuse les écarts entre étrangers riches et étrangers pauvres

Les expats quittent la région administrative spéciale, qui applique des restrictions sanitaires très strictes. Pour les retenir, les entreprises sont prêtes à leur offrir de nombreux avantages. Mais personne ne semble se soucier des travailleurs étrangers moins qualifiés, comme les employés de maison.

La politique intransigeante de Hong Kong pour faire face à la crise sanitaire, appelée “zéro Covid”, se traduit notamment par de longues obligations de quarantaine pour celles et ceux qui viennent de l’étranger, des fermetures de nombreux commerces locaux. Alors que le nombre de contaminations remonte et que les hôpitaux sont pleins, de plus en plus d’étrangers vivant dans la région administrative spéciale, connue pour son cosmopolitisme, se demandent s’ils ont encore un avenir sur place. Mais, alors qu’ils sont tous des étrangers sur place, les expatriés généralement aisés travaillant pour de grands groupes et les travailleurs migrants venus généralement d’autres pays d’Asie sont loin d’être logés à la même enseigne, souligne CNN.

Depuis le début de la pandémie, il y a plus de résidents qui quittent Hong Kong qu’il n’en arrive. En février 2022 par exemple, 94 000 personnes sont parties alors que seulement 23 000 sont venues s’installer. Selon Peter Wong, président de la chambre de commerce de Hong Kong, la ville “est face à un exode de travailleurs éduqués d’une ampleur que l’on n’avait pas vue depuis le début des années 1990”. Plusieurs grandes entreprises comme la chaîne d’hôtels Mandarin Oriental, la compagnie aérienne Cathay Pacific ou encore le groupe français Pernod Ricard ont décidé d’envoyer leurs cadres dirigeants basés à Hong Kong dans d’autres endroits, notamment Singapour. CNN souligne qu’au moins 84 compagnies aériennes ont soit fermé, soit déplacé leurs bureaux de Hong Kong.

Cet exode rend le recrutement de travailleurs qualifiés étrangers particulièrement difficile, puisque Hong Kong n’est plus considéré comme une destination attractive ou même facile. La plupart des gens que John Mullally, directeur régional pour la Chine du Sud et Hong Kong pour l’agence de recrutement Robert Walters, contacte pour une embauche déclinent tout bonnement ses offres.

Pour faire face à une possible pénurie de main-d’œuvre, les employeurs reviennent à une pratique qui n’avait plus cours depuis une vingtaine d’années mais qui était courante des années 1970 aux années 2000 : celle des “packages d’expatriation”, c’est-à-dire des avantages en plus du salaire, tels que la prise en charge des frais de scolarité, d’hébergement, de transport ou encore de loisirs.

Mais, note CNN,

alors que les grosses entreprises donnent à leurs employés plus de flexibilité et octroient même une aide financière pour payer les quarantaines dans des hôtels coûteux, les entreprises locales sont au bord de l’effondrement. Et alors que certains expatriés arrivent à obtenir des salaires très hauts uniquement parce qu’ils sont d’accord pour venir à Hong Kong, la population la plus pauvre de la ville se débat pour acheter de la nourriture ou des produits de premières nécessité.”

Les étrangers qui travaillent comme employés de maison sont particulièrement touchés car la loi locale les oblige à vivre au domicile de leur employeur. Or, en cas de Covid par exemple, les employés de maison trouvent souvent porte close et se retrouvent à la rue. Leur seul recours est de se tourner vers des organisations caritatives. Entre janvier 2020 et fin 2021, le nombre d’employés de maison est passé de 400 000 à 360 000, selon les autorités locales. “Cela ne concerne pas uniquement Hong Kong : les inégalités se sont accrues partout dans le monde pendant la pandémie, souligne CNN, avec des milliardaires qui font des gains sans précédents tandis que des dizaines de millions de gens sombrent dans la pauvreté.”

Source

Fondée en 1980 par le magnat de la presse Ted Turner, Cable News Network (CNN) est la première chaîne d’information continue. Elle est passée dans le giron de Time Warner en 1996. CNN.com a été mis en ligne en 1995. Depuis 2008, le direct 

[…]

Lire la suite

Plus de nouvelles

Articles associés