la guerre en Ukraine change la donne pour le groupe

Par Loïc Danton

Publié
il y a 2 heures, Mis à jour il y a 2 heures

Un rayonnage de conserves Bonduelle dans un magasin en Ukraine. AdobeStock

Le spécialiste du légume transformé, déjà en difficulté lors de son premier semestre, voit ses perspectives s’assombrir sur la seconde partie de l’exercice 2021/2022.

Bonduelle a fait le point sur la situation de ses activités suite au conflit en cours en Ukraine. Ainsi, le groupe rappelle qu’il est présent en Russie depuis 25 ans, qu’il y emploie près de 1 000 collaborateurs sur trois sites de conserves et de surgelés.

Les denrées vendues comme le maïs, les pois et haricots secs sont destinés aux «146 millions de consommateurs russes mais aussi aux 90 millions de consommateurs des pays limitrophes. (Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Kazakhstan et Asie Centrale)».

La direction explique également qu’en ce moment, est semé «le pois pour le récolter entre mai et juillet. Viendra ensuite la campagne de maïs. Ces légumes serviront les consommateurs de nos différents marchés jusqu’à l’été 2023».

Poursuite de l’activité en Russie

Pour ces raisons, et pour ne pas créer de pénuries alimentaires sur ces produits désignés comme étant essentiels, la société a décidé d’assurer la continuité de ses activités en Russie, et précise qu’«aujourd’hui, il n’y a pas d’injonction des autorités à quitter…

Cet article est réservé aux abonnés Bourse et placements. Il vous reste 58% à découvrir.

Bourse et placements

Le meilleur du conseil boursier : 1€ seulement

annulable à tout moment

Déjà abonné au Figaro Bourse et placements ?
Connectez-vous

Plus de nouvelles

Articles associés