Le nouveau responsable de la cybersécurité d’AGCS pour l’Amérique du Nord sur les plans pour le rôle

Lire la suite: Cyber-assurance : moteurs du marché dur et comment les atténuer

Après avoir rejoint AGCS en septembre 2020 en tant que chef de produit régional pour les lignes financières dans la région du nord-est, Stephens a joué un rôle essentiel dans le développement de la stratégie de souscription cybernétique de l’organisation et dans le renforcement des capacités des partenaires de distribution et des clients.

« Au cours des 18 derniers mois, nous avons renouvelé la pratique et dépassé nos objectifs au-delà de nos attentes », a-t-elle déclaré.

Stephens cherche à continuer à faire passer les progrès d’AGCS au niveau supérieur et continuera à pousser l’équipe à améliorer encore la pratique.

« Nous avons une équipe plus jeune », a ajouté Stephens. « Une partie de la raison pour laquelle j’ai été engagé en premier lieu était d’aider à la formation en souscription et de leur apprendre à effectuer une analyse approfondie du risque. »

Dans un espace avec de grandes entreprises clientes, une formation et une expertise complètes sont essentielles car les stratégies de souscription pour le cyber ne sont pas simples – il y a tellement de nuances à travailler avec les grands comptes.

« Le paysage des menaces pour le cyber n’est pas statique », a-t-elle souligné. « [In contrast]il existe d’autres secteurs d’activité qui disposent de données actuarielles facilement quantifiables, comme l’assurance-vie ou la rémunération des travailleurs, où vous pouvez voir à quoi ressemblent les réclamations et évaluer les risques.

La technologie évolue si rapidement et les cyberproduits essaient de suivre le même rythme. La façon dont les données fonctionnent et sont partagées a pris une vie propre, et rester à jour avec le paysage des menaces est devenu une forme d’art.

« Lorsque j’ai commencé à souscrire, l’ingénierie sociale et les ransomwares n’étaient pas une préoccupation majeure car ils n’étaient pas aussi répandus », a poursuivi Stephens. « C’est un environnement complètement différent maintenant.

« Il y a tellement de types de couverture disponibles maintenant, mais personne ne les facture de manière appropriée. »

Avec les cybermenaces au premier plan et faisant la une des journaux, les assureurs accordent désormais beaucoup plus d’attention à la tarification. Pour établir une certaine adéquation des tarifs, Tresa travaille à développer un cadre chez AGCS pour mettre en œuvre des certifications dans le domaine de la cybersécurité, qui sont davantage axées sur la gestion des risques.

« Nous ne nous attendons pas à ce que l’un des souscripteurs devienne nécessairement codeur de logiciels, mais nous allons fortement encourager les souscripteurs à avoir certaines désignations, afin de fournir plus de connaissances sur la gestion des risques de cybersécurité », a-t-elle déclaré.

Lire ensuite : Les courtiers entrent dans les livres pour améliorer leur compréhension de la cyber

Stephens a noté qu’il est également important d’obtenir les commentaires de la haute direction du cyberespace et des transporteurs pour définir des attentes réalistes sur ce que signifie participer à cet espace, quels sont les avantages et quels sont les inconvénients.

«Nous avons tous des directives de souscription, selon le transporteur, pour différentes catégories d’affaires», a noté Stephens. « De nombreuses recherches doivent être effectuées pour déterminer la tolérance au risque de votre propre portefeuille et créer de meilleures relations avec les clients. »

.

Plus de nouvelles

Articles associés