malgré un environnement compliqué, la croissance reste de mise

Le logisticien du frais n’est épargné ni par l’inflation énergétique, ni par la pénurie de main-d’œuvre. Mais il continue de se déployer hors de France, et la génération de trésorerie est au rendez-vous.

Les investisseurs savaient, depuis fin janvier, que l’exercice 2021 de Stef s’était bien terminé. Sur l’année, les ventes du transporteur frigorifique ont ainsi dépassé les 3,5 milliards d’euros, un nouveau record, soit à périmètre constant, une croissance sur un an de 9,4% avec une accélération au 4ème trimestre, et + 11,5% en tenant également compte des acquisitions. Pour mémoire, les facturations de 2019 s’étaient montées à 3,44 milliards.

Publiés la semaine dernière, les résultats correspondants sont du même tonneau: «En 2021, le groupe a amélioré sa performance économique dans tous ses pays et toutes ses activités, renouant ainsi avec les niveaux de 2019», s’est félicité le PDG, Stanislas Lemors.

Le résultat opérationnel porté par l’international

Lors du 1er semestre 2021, logiquement le plus marqué par l’effet de base consécutif aux confinements de 2020, le résultat opérationnel avait plus que doublé à 67,4 millions d’euros. Durant la seconde moitié de l’année, il a «été fortement impacté par la hausse du prix de l’électricité», souligne…

Cet article est réservé aux abonnés Bourse et placements. Il vous reste 60% à découvrir.

Bourse et placements

Le meilleur du conseil boursier : 1€ seulement

annulable à tout moment

Déjà abonné au Figaro Bourse et placements ?
Connectez-vous

Plus de nouvelles

Articles associés