Quel impact la COVID-19 a-t-elle eu sur les AG ?

Regarde maintenant: Quel impact le COVID-19 a-t-il eu sur le secteur MGA ?

« Nous parlons depuis longtemps du cyber en tant que risque émergent. Ce n’est certainement pas nouveau – je pense que nous y sommes confrontés depuis des décennies maintenant », a déclaré Kelley. « Mais la base du risque continue d’évoluer dans le cyberespace. La sophistication des pirates informatiques ne cesse de s’améliorer, de sorte que ce risque continue d’évoluer avec le temps. Je pense que c’est là que nous constatons une croissance continue.

« Beaucoup de clients connaissent mieux le risque. Ils s’assurent pour s’assurer qu’ils sont couverts, et nous constatons que c’est un endroit où les MGA interviennent. Pourquoi donc? Eh bien, je pense que les MGA – tout expert spécialisé dans la vente en gros – apportent exactement cela : l’expertise à la table. Ils travaillent tout le temps sur ce type de risques, ils ont accès aux marchés qui savent comment les souscrire et les couvrir, et je pense que c’est un domaine clé pour cet espace maintenant et pour l’avenir.

Steve Masnyk, directeur général de l’Association canadienne des agents généraux directeurs, a déclaré à IBA que la cybersécurité était également une préoccupation au nord de la frontière.

« Chaque fois que nous construisons un mur de huit pieds, les pirates construisent une échelle de neuf pieds – et ainsi de suite, et ainsi de suite, et ainsi de suite », a déclaré Masnyk. « Et cela continuera, comme l’a dit Brady, d’évoluer – un mur de neuf pieds sera rencontré avec une échelle de 10 pieds. »

Lire ensuite : La distribution en gros augmente-t-elle les coûts pour les assurés ?

Masnyk a déclaré que les MGA avaient également prospéré dans le secteur de l’hôtellerie.

« J’ajouterai, en plus du cyber, l’hôtellerie – évidemment, car toute petite entreprise de vente au détail liée au public a été énormément touchée par les commandes gouvernementales au cours des deux dernières années », a-t-il déclaré. « Et encore une fois, comme Brady l’a mentionné, les souscripteurs de niche spécialisés en gros… comprennent exactement comment souscrire ces opérations de petites entreprises – qu’il s’agisse de restaurants, d’hôtels, de motels, d’agences de voyages ou de petites boutiques. C’est quelque chose où au Canada, les grands transporteurs… ne peuvent pas ou ne veulent pas entrer dans ces espaces. Mais les petites et agiles MGA sont capables de les comprendre et de les souscrire correctement, même dans des conditions où, pendant six mois de l’année ou neuf mois de l’année, elles sont fermées.

Regarde maintenant: Quel impact le COVID-19 a-t-il eu sur le secteur MGA ?

.

Plus de nouvelles

Articles associés