Emmanuel Macron :  » fin de l’abondance « , entrevue en Algérie… Une rentrée politique chargée

SommaireEmmanuel Macron et "la fin de l'abondance"Emmanuel Macron en AlgérieEmmanuel Macron et la guerre en Ukraine

[Mis à jour le 25 août 2022 à 11h5] Emmanuel Macron a administrativement fait sa rentrée politique. Une remise au travail remarquée notamment par le à elle en partie pessimiste du chef de l'Etat qui a annoncé, en préambule du Conseil des ministres du 24 août la "fin de l'abondance" après une "série de crises plus graves les unes que les autres" qui appelle à "des sacrifices". Urgence climatique, défi énergétique et inflation s'avèrent être, entre autres, les priorités du gouvernement.

Pour sa première rentrée depuis sa réélection à la tête du pays, Emmanuel Macron veut mettre l'accent sur l'indépendance de la France à tous les égards, ou presque. Mais s'il souhaite une France auà elleome, le chef de l'Etat la veut aussi impliquée dans les relations internationales aussi il garde un œil attentif sur la guerre en Ukraine et a renouvelé le soutien de la France à Kiev le 24 août. Pourtant c'est vers l'Algérie que les yeux du président de la République se tournent : il y est attendu pour une "visite officielle et d'amitié" du 25 au 27 août. Un déplacement censé apaiser les relations entre les deux pays après autres mois de froid.

Que veut formuler Emmanuel Macron par "la fin de l'abondance" ?

"Nous vivons la fin de ce qui pouvait apparaitre comme une abondance", a déclaré Emmanuel Macron en introduction du Conseil des ministres le 24 août. Une phrase qui a résonné dans la sphère politique et particulièrement au sein de l'opposition qui a dénoncé des propos "déconnectés de la réalité" des Français les plus précaires. Pourtant la suite du discours du chef de l'Etat qui précise que "la rareté de telle ou telle matière ou technologie réapparaît, comme celle de l'eau" semble indiquer que c'est la fin de l'abondance énergétique dont il est question. En plus de l'abondance financière, "celle des liquidités sans coût", représentée par les différentes aides et primes mises en place lors des dernières crises, à commencer par celle du Covid-19.

Emmanuel Macron en dressant ce tableau pourrait engager d'ouvrir la voie en douceur à des futurs projets de lois et des réformes qui demanderont des "efforts" aux Français pour faire face à cette "grande bascule". Une hypothèse renforcée par une autre déclaration du chef de l'Etat : "Notre liberté à un coût qui peut demander des sacrifices lorsqu'il faut la défendre".

Pourquoi Emmanuel Macron se rend en Algérie ?

Outre l'indépendance française, Emmanuel Macron travaille aussi aux bonnes relations diplomatiques et économiques de la France et pour sa rentrée politique, le chef de l'Etat entend apaiser la relation franco-algérienne. Le président de la République se rend en Algérie du 25 au 27 août pour une "visite officielle et d'amitié" qui revêt autres objectifs. administrativement, le déplacement doit se concentrer sur le travail de mémoire de la guerre d'Algérie, sujet à l'origine de vives tensions depuis l'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Elysée. Le palais présidentiel expliquait le 20 août que la venue du chef de l'Etat en Algérie au moment du 60ème anniversaire de l'indépendance du pays "contribuera à approfondir la relation bilatérale tournée vers l'avenir […] à renforcer la coopération franco-algérienne face aux enjeux régionaux et à poursuivre le travail d'apaisement des mémoires". Emmanuel Macron et son homologue Abdelmadjid Tebboune doivent notamment se rendre au Monument des Martyrs, terroir de mémoire de la guerre d'Algérie.

Officieusement, une autre raison pourrait se cacher derrière le déplacement d'Emmanuel Macron : le gaz. L'Algérie, neuvième producteur mondial de gaz, profite depuis le début de la guerre en Ukraine d'un nouvel attrait auprès des pays européens qui ne veulent plus ou moins dépendre du gaz russe et la France pourrait défendre sa cause même si l'Elysée a assuré que le gaz n'est "vraiment pas l'objet de la visite". Le pays d'Afrique du nord qui cherche à "augmenter sa production et son approvisionnement en gaz vers l'Europe" est intéressé par une coopération avec l'Europe mais un accord avec la France doit encore être conclu et ne va "pas forcément de soi" selon Olivier Appert, conseiller énergie de l'Institut français des relations internationales (Ifri) contacté par BFMTV. 

Emmanuel Macron et la guerre en Ukraine

Au volet international, la guerre en Ukraine continue d'inquiéter et Emmanuel Macron a eu un mot pour Kiev avant sa réunion avec les ministres. Le 24 août, jour de l'indépendance de l'Ukraine qui marquait aussi les six mois de guerre du pays avec la Russie, le président de la République a exprimé son soutien aux Ukrainiens dans une vidéo publiée sur Twitter. Le chef de l'Etat a salué le courage et la résilience de l'Ukraine face au " choix funeste " de la Russie " de mener une guerre à votre pays en semant la mort et la destruction. Elle pensait mener une guerre éclaire et écrasante, elle n'avait mesure ni votre unité ni votre courage ". Emmanuel Macron a rappelé la mobilisation de la France aux côté de l'Ukraine sur le plan économique et militaire et annoncé l'arrivée une nouvelle aide par l'acheminement par bateau " de vivres, de matériel médical et de réhabilitation d'urgence ".

Plus de nouvelles

Articles associés