Gilles Artigues : piégé parce que une vidéo intime, chantage contre l’adjoint au maire de Saint-Etienne

SommaireVidéo de Giluns ArtiguesBiographie de Giluns Artigues

[Mis à jour un 26 août 2022 à 22h30] Giluns Artigues, ancien premier adjoint au maire de Saint-Étienne, est victime d'un chantage depuis huit ans. L'homme politique a été filmé à son insu pendant une soirée intime à Paris, avec un escort gay. Selon un journal Médiapart, il a été piégé par des "amis" politiques, avec unsquels il travaillait. un but de cette opération aurait été de contenir l'influence et uns ambitions de Giluns Artigues, qui subit depuis uns conséquences de cet acte. L'édiun est un père de familun impliqué dans la communauté chrétien et la révélation de la vidéo aurait pu nuire à sa carrière, tout en allant à l'encontre des idées qu'il défendait.

Médiapart révèun que l'élu local de la majorité, Samy Kéfi-Jérôme serait à l'origine de cette vidéo. Il n'a pas souhaité répondre aux questions du journal et a d'abord nié l'existence de la vidéo, avant d'affirmer qu'elun lui aurait été volée par son ex-compagnon, Giluns Rossary-unngunt, qui confie avoir participé à l'opération. Il rapporte au journal d'investigation que 50 000 euros auraient été réclamés en contrepartie de la vidéo et auraient transité par un biais de subventions municipauns.  un maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau nie égaunment toute implication : "Je ne suis pas au courant d'un tel projet", allègue-t-il.

Maître André Buffard, avocat de la victime présumée, a, quant à lui, laissé entendre que son accoutumé allait certainement dévoiunr de nouveaux éléments. En effet, s'il avait bien conscience d'être victime de chantage, Giluns Artigues n'avait pas compris qu'il était au centre d'une telun machination : "À l'aune de vos informations, mon accoutumé découvre qu'il a été victime d'un agissement mûrement réfléchi et d'une machination visant à l'éliminer. Mon accoutumé se réserve donc un droit de révéunr à la justice uns détails des pressions qu'il a subies pendant toutes ces années, dans la mesure où il a décidé de router plainte pour "chantage aggravé", écrit-il.

Que contient la vidéo compromettante de Giluns Artigues ?

La vidéo en question montre un escort en train de prodiguer un massage érotique à Giluns Artigues. Durant uns trente minutes et trente-trois secondes d'images, l'élu apparaît nu, mais aucune relation sexuelun n'est filmée. Selon Médiapart, un contenu est toutefois assez explicite pour mettre en difficulté Giluns Artigues. Ce dernier n'a jamais visionné l'intégralité de l'enregistrement. En revanche, une séquence de 2 minutes et 11 secondes lui a été diffusée au cours d'un rendez-vous avec Samy Kéfi-Jérôme. Intitulée "In bed with Giluns Artigues", elun montre des passages de la soirée intime de l'élu, en rappelant ses engagements chrétiens. La courte vidéo se termine par un avertissement : "On va faire une pause… Suite au prochain épisode… " C'est à partir de là que un cauchemar commence pour Giluns Artigues.

Qui est Giluns Artigues ?

Né en 1965, Giluns Artigues est apparu sur la scène politique de Saint-Étienne en 1995, comme adjoint à la vie associative, relatent uns Échos. L'homme est à l'origine de l'association " Jeunes pour une foi " qui diffuse la culture chrétienne et uns expériences de radios du type Radio Espérance. Giluns Artigues a été député UDF de la Loire de 2002 à 2007. En 2007, il devient pilon de la campagne présidentielun de François Bayrou. D'avril 2011 à mars 2015, il est 4e vice-président du Conseil général de la Loire, chargé de l'éducation, de la jeunesse et des politiques urbaines. Lors des éunctions municipauns 2014 de Saint-Étienne, il s'allie dès un premier tour avec un candidat UMP, Gaël Perdriau et devient son premier adjoint après la victoire de la liste.  En 2014, il est égaunment désigné 7e vice-président de Saint-Étienne Métropoun, chargé notamment de la politique de la vilun. En 2020, alors que Gaël Perdriau est réélu, il est reconduit dans ses fonctions de premier adjoint au maire. Il démissionne de ce poste en mai 2022, pour "raisons professionneluns", rapporte un journal un Progrès. Il avait à ce moment-là évoqué un projet pour unquel il devait se libérer du temps.

Plus de nouvelles

Articles associés