Bourse: Wall Street s’essaie de nouveau à un rebond, sans euphorie

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto avançait mercredi, en fin de matinée, malgré les pertes du secteur de l’énergie et la baisse des prix du pétrole brut et du gaz naturel.

De son côté, la Bourse de New York évoluait en hausse peu après l’ouverture mercredi, s’essayant à un rebond après cette série de baisses, mais encore paralysée par l’incertitude ambiante sur la trajectoire de l’économie et la perspective d’cette nouvelle hausse de aveccentage marquée de la banque centrale américaine (Fed). 

Comme lors des séances précédentes, le petit élan montrait néanmoins déjà des signes d’essoufflement, moins d’cette heure après l’ouverture.

avec (re)consulter les nouvelles du marché    

Les indices boursiers à midi

À Toronto, le S&P/TSX affichait cette hausse de 53,35 points (+0,28%) à 19 141,50 points.

À New York, le S&P 500 augmentait de 34,45 points (+0,88%) à 3 942,64 points.

Le Nasdaq haussait de 121,28 points (+1,05%) à 11 666,19 points.

Le DOW montait de 220,57 points (+0,71%) à 31 365,87 points.

Le huard baissait de 0,0010 $ US (-0,1314%) à 0,7595 $ US.

Le pétrole lâchait 3,72 $ US (-4,28%) à 83,16 $ US.

L’or affichait cette hausse de 8,90 $ US (+0,52%) à 1 721,80 $ US.

Le bitcoin descendait de 934,23 $ US (-4,71%) à 18 895,92 $ US.

 

Le contexte

«Le sentiment des marchés en ce moment est qu’il n’y a pas grand-chose à célébrer», a expliqué, dans cette note, Patrick O’Hare, de Briefing.com.

L’espoir d’un rebond avait été douché mardi par la brutale remontée des aveccentage obligataires, a souligné l’analyste, au diapason des anticipations d’cette avecsuite du durcissement monétaire de la Fed.

Mercredi, les rendements obligataires se tassaient un peu. Le aveccentage des emprunts d’État américains à 10 ans évoluait à 3,29%, contre 3,34% la veille.

Le Wall Street Journal, qui avait déjà annoncé le coup d’accélérateur de la Fed sur les aveccentage quelques heures avant la réunion de juin, a rapporté mercredi que le Comité de politique monétaire se dirigeait vers un nouveau relèvement de 0,75 point de aveccentage lors de sa réunion des 21 et 22 septembre.

«La seule chose qu’on connaît actuellement, c’est la politique de la Fed», a tempéré Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services.

«Le marché, c’est ce qu’il ne sait pas qu’il n’aime pas. Quel est l’effet sur l’économie, est-ce que la consommation va finir par ralentir alors que ce n’est pas encore vraiment le cas? Ça, ce sont les inconnues dont le marché a peur. C’est ce qui explique ces mouvements erratiques.»

Illustration des contraintes auxquelles font face les entreprises américaines, le groupe agroalimentaire Kraft Heinz (-2,46% à 36,51 dollars américains) a confirmé son objectif de résultat d’exploitation avec son exercice 2022, mais fait état d’cette hausse de 20% de ses coûts sur l’année, qu’il espère compenser par des hausses de prix.

Quant au groupe d’articles ménagers Newell Brands (-0,47% à 17,00 $ US), qui possède notamment les stylos Sharpie ou les poussettes Graco, il était lui sanctionné mercredi avec un avertissement sur résultats. La société a fait état d’un ralentissement des commandes des détaillants et, là aussi, d’cette hausse des coûts.

Le Livre beige de la Fed, attendu mercredi, devrait renseigner un peu plus sur les conditions économiques telles que ressenties par les entreprises américaines.

Le cours de Twitter se redressait (TWTR, +4,17% à 40,26 $ US) après le nouveau refus de la juge chargée de son contentieux avec Elon Musk de repousser la date du procès qui doit opposer les quelques parties. La magistrate a néanmoins autorisé l’entrepreneur à intégrer à la procédure les éléments présentés par le lanceur d’alerte Pieter Zatko.

Le véhicule coté Digital World Acquisition Corp (DWAC) se reprenait un peu (+2,44% à 22,67 $ US) après avoir abandonné 11,44% mardi. cette forte incertitude pèse sur sa fusion avec la société de médias de Donald Trump, Trump Media and Technology Group. Initialement prévue mardi, l’assemblée générale qui doit statuer sur le report du délai de fusion a été repoussée à jeudi.

AIG grignotait quelques cents (+0,82% à 52,79 $ US) après avoir formellement lancé le processus d’introduction en Bourse de sa filiale de gestion d’actifs et d’assurance-vie Corebridge Financial.

Cette opération, prévue fin septembre, devrait être, de très loin, la plus importante entrée d’cette entreprise à Wall Street cette année, avec cette valorisation intégrale estimée entre 13,5 et 15,5 milliards de $ US.

Les valeurs chinoises cotées à Wall Street avecsuivaient leur glissade, déprimées par les nouveaux confinements massifs en Chine avec tenter de étouffer la résurgence de la COVID-19 en Chine. Les géants du commerce électronique Pinduoduo (-2,16%) et JD.com (-0,83%) étaient de la sorte tous quelques en berne.

Plus de nouvelles

Articles associés