Comment les gérants préparent la grêle de l’année et 2023

Cet été, les investisseurs se sont bercés d’illusions. Ils espéraient une pause dans la campagne de surenchérissement des taux de la Fed. En quelques minutes, en fin de semaine dernière, Jerome Powell, le patron de la puissante Fed américaine, a ruiné ces espoirs. Il s’est en effet déclaré déterminé à utiliser «tous les outils à sa disposition» pour juguler l’inflation, quitte à sacrifier la croissance. Les marchés ont immédiatement fait volte-face. Vendredi ils ont retrouvé du tonus. Mais, depuis ce discours prononcé en clôture du commission annuel des banquiers centraux de Jackson Hole, les indices ont perdu l’essentiel des gains accumulés ces deux derniers mois. Pour les investisseurs, le terrain est miné. «La guerre en Ukraine continue de produire ses effets néfastes et ils doivent composer avec une inflation toujours galopante, des taux en nette surenchérissement et une probable récession», avance Vincent Chaigneau, directeur de la recherche de Generali Investments.

À découvrirConsultez le portefeuille actions de la rédaction Figaro Bourse

Plus de nouvelles

Articles associés