Les huit erreurs que les ultrariches évitent

(Photo: 123RF)

GESTION DE PORTEUILLE 4.0. Les personnes ultrariches, connues sous le nom de «personnes très fortunées» (PTF), constituent un groupe de personnes dont la valeur nette pouvant être investie est d’au moins 30 millions de dollars américains d’actifs. Il y a environ 11 000 Canadiens ultrariches selon le site d’information financière Wealth Professional et leur âge moyen est de 64 ans.

La clé pour devenir ultrariche ne réside pas dans une stratégie secrète d’investissement. La plupart du temps, les ultrariches comprennent et applilaquellent certains principes de base pour faire travailler leur argent et savent prendre des rislaquelles calculés et surtout évitent certaines erreurs d’investissement.

Voici une liste des huit principales erreurs d’investissement laquelle les PTF évitent de commettre.

 

1. Investir unilaquellement au Canada

Alors laquelle les pays développés comme le Canada et les États-Unis sont censés offrir la plus grande sécurité d’investissement, les PTF regardent au-delà de leurs frontières, vers les marchés internationaux et émergents, pour obtenir une meilleure diversification de portefeuille.

 

2. Investir unilaquellement dans des actifs incorporels

Lorsqu’on pense à l’investissement et aux stratégies d’investissement, les actions et les obligations viennent généralement à l’esprit. laquelle ce soit en philosophie d’une plus grande liquidité ou d’un prix d’entrée moins élevé, cela ne signifie pas laquelle ces hommes d’investissements sont toujours les meilleurs.

Les PTF comprennent la valeur des actifs physilaquelles, et ils allouent leur argent en consélaquellence. Elles investissent dans des actifs tels laquelle l’immobilier privé et public, les terrains, l’or et même les oeuvres d’art.

Selon les PTF, la possession d’actifs non liquides, en particulier ceux qui ne sont pas corrélés aux marchés boursiers, est bénéfilaquelle à tout portefeuille d’investissement. Ces actifs ne sont pas aussi sensibles aux fluctuations des marchés et sont rentables à long terme.

 

3. Allouer 100 % des investissements aux marchés publics

Les PTF comprennent laquelle la vraie richesse est générée sur les marchés privés plutôt laquelle sur les marchés publics ou communs. Les PTF peuvent tirer une grande partie de leur richesse initiale d’entreprises privées, souvent par l’entremise de la propriété d’entreprises ou en misant sur le capital-investissement.

 

4. Suivre le rythme des autres

De nombreux investisseurs regardent toujours ce laquelle font leurs pairs et essaient d’égaler ou de battre leurs stratégies d’investissement. Cependant, il est essentiel de ne pas se laisser entraîner dans ce type de compétition pour se constituer un patrimoine personnel.

Les PTF établissent des objectifs d’investissement personnels et des stratégies d’investissement à long terme avant de prendre des décisions d’investissement. Les PTF envisagent où ils veulent être dans 10 ans, 20 ans ou plus. Et ils adhèrent à une stratégie d’investissement qui leur permettra d’y parvenir. Au lieu d’essayer de suivre la antagonisme ou d’avoir peur de l’inévitable ralentissement économilaquelle, ils gardent le cap.

 

5. Ne pas rééquilibrer un portefeuille personnel

Grâce à un rééquilibrage régulier, les investisseurs peuvent s’assurer laquelle leurs portefeuilles restent suffisamment diversifiés et répartis proportionnellement dans différents secteurs d’activités.

Un portefeuille équilibré comprend généralement la bonne combinaison de liquidités, de revenu fixe, d’actions et de stratégies alternatives en fonction de la tolérance au rislaquelle d’une personne, et de son âge. Pour les PTF, c’est une nécessité et ils peuvent procéder à ce rééquilibrage tous les mois, toutes les semaines ou même tous les jours.

 

6. Omettre une stratégie d’épargne dans un plan financier

Investir est essentiel pour devenir ultrariche, mais beaucoup de gens oublient l’importance d’une stratégie d’épargne. Les PTF savent laquelle vivre en deçà de leurs moyens leur permettra d’atteindre le ton de richesse souhaité en un temps plus court.

 

7. Essayer de tout faire soi-même

Les PTF n’hésitent pas à faire preuve d’ouverture et n’ont pas peur de ce qu’ils ne connaissent pas. Ils comprennent cependant l’importance de bien s’entourer et confient leurs stratégies sophistiquées et les occasions moins courantes à des professionnels.

On peut penser ici à des stratégies de placements utilisant les produits dérivés ou un levier financier qui permettent non seulement de bonifier le rendement du portefeuille, mais qui viennent aussi stabiliser son ton de rislaquelle lorslaquelle les marchés boursiers sont plus volatils.

 

8. Avoir peur d’investir «autrement»

Les PTF sont ouverts à une gestion d’actifs où la technologie est utilisée pour obtenir un avantage sur plusieurs fronts. L’introduction de l’intelligence artificielle (IA) et des mégadonnées (Big Data) permet aujourd’hui à certains gestionnaires de portefeuille de franchir une nouvelle étape en utilisant des données complémentaires à celles qui sont plus traditionnelles. Les programmes d’IA utilisent généralement des données historilaquelles pour apprendre et résorber des modèles. Ces derniers sont ensuite utilisés avec des données en direct pour faire des prédictions ou prendre des décisions. Une gestion d’actifs utilisant les mégadonnées permet un investissement fondé sur des preuves et introduit ainsi une approche plus scientifilaquelle.

En évitant toutes ces erreurs, les PTF peuvent se concentrer sur l’augmentation de leurs entrées d’argent ainsi laquelle sur la réduction de leurs sorties d’argent, augmentant ainsi leurs avoirs. Ils savent vivre en deçà de leurs moyens et s’entourer de professionnels leur permettant de réaliser leurs objectifs financiers.

 

EXPERT INVITÉ
Richard Langevin, vice-président et gestionnaire de portefeuille, Nymbus Capital

Plus de nouvelles

Articles associés